Date de la machine :  60'
Origine de la machine : Espagne
Pays d'achat : Espagne
N° de série : 31918
Puissance : 450 W 
Chaudière ouverte, retour du levier par ressort

1 filtre 2T


épisode 1
épisode 2






Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas offert une petite machine à levier.
Il faut dire aussi que les exemplaires originaux commencent à se faire rare, qu'il y a un engouement pour ces petites machines et que les prix grimpent.
Néanmoins je découvre celle-ci en Espagne, complète,  toute proprette et qui ne semble pas attirer les convoitises outre mesure.





                       



Je contacte le vendeur et arrive à un compromis de vente plus expédition à prix raisonnable.




Le seul petit détail qui m'interpelle est le logo qui se trouve de côté.
Habituellement celui-ci se trouve sur le devant de la machine. Alors plusieurs explications sont possibles.
Le logo s'est décollé et le propriétaire a préféré le recoller sur le côté ou soit la cuve a pivoté, soit la cuve a été mal replacée lors d'un remontage.
Mais alors pourquoi y aurait-il eu démontage ?
En attendant elle est en 220 V c'est l'essentiel car en Espagne on peut trouver autant de Bambina en 220V qu'en 125V.
Par contre le vendeur ne l'a pas testé et ce sera la surprise de savoir si la résistance est ok.




La machine a été correctement emballé, comme à mon habitude j'ai lourdement insisté auprès du vendeur
 afin de minimiser au possible toutes mauvaises surprises dues aux transports.







Elle est absolument nickel même si le porte-filtre montre qu'elle a tout de même servi quelques fois.
 L'ancien propriétaire devait être soigneux et c'est tant mieux.


Je commence à la démonter, ce qui est chose aisée car j'ai déjà eu affaire à des Bambina et l'opération est d'une simplicité déconcertante.
Les deux écrous de chaque côté qui servent également de guide du porte-filtre (malin) et d'une vis au dos.
Et c'est tout pour désolidariser la cuve de la carcasse.




Non mais elle est vraiment propre, non ? !



Pour ne pas dire rutilante...

Grâce à Francesco Ceccarelli, j'ai eu connaissance d'un petit détail qui ne m'avait pas sauté aux yeux jusqu'à présent.
C'est-à-dire que la version 2 de la Bambina permet de désolidariser la cuve de l'ensemble et une nouvelle fois de façon très simple.
On loue souvent la simplicité intelligente de la conception de la caravel, on peut dire aussi que Campeona
 a fait fort au niveau trésor d'ingéniosité pour sa Bambina.




Ainsi la cuve possède trois ergots qui viennent se positionner dans les espaces afférents et il n'y a plus qu'à tourner la cuve
 pour qu'elle vienne s'écraser sur le joint et ainsi obtenir l'étanchéité.
L'accès à la résistance est particulièrement aisé et le nettoyage intérieur peut se faire facilement.
 Enfin quand on a vraiment besoin d'y accéder, on ne peut changer le joint à chaque nettoyage..







Je remarque un petit 12 gravé sur la résistance, cool je vais pouvoir connaitre sa date de fabrication. Décembre....
Ahh ! après démontage de celle-ci je me rends compte qu'il est gravé 125..comme 125 volts quoi.
Patatra, j'avais testé la résistance à l'ohmmètre et comme tout semblait ok, la valeur trouvée ne m'avait pas interpellée.
Et voilà que sur une machine dont la plaque indique 220 volts, je me retrouve avec une machine en 125 volts. Snif snif..
Ceci explique aussi pourquoi la cuve était placée avec le logo de côté, elle avait été mal remontée lors du changement de l'élément chauffant.

Bon, allo Gabor ?? gabor est un ami Hongrois qui à partir d'un modèle de référence peut vous faire re-fariquer une résistance sur mesure.
Si vous avez besoin, n'hésitez pas à me contacter, il se fera un plaisir de vous aider s'il le peut.

Comme j'ai un peu de temps devant moi, autant bien remettre à propre et de démonter le ressort qui a l'air passablement entartré.
Pourtant, je connais cette machine, je sais que la taille du ressort est assez impressionante
et que mon dernier démontage sur une Bambina s'était révélé épique.





Avec un outil adéquat, tout parait si facile.
On installe, on centre, on pousse en vissant, on libère l'axe de retenue et on dévisse tranquillement jusqu'à ce que le ressort n'ait plus trop de tension.


Peut-être le meilleur moment..






Le ressort avait bien besoin d'être démonté pour être nettoyé. On peut apprécier la longueur de celui-ci par rapport à la taille de la tige de piston.
Il est, pour le moins, indiscutablement bien compressé.





Un peu de propre partout et même un peu
de peinture sera nécessaire.




Le ressort est près d'être remonté, j'installe un petit fil d'ariane dans le trou
de la tige piston afin de la guider une fois ressortie de la chaudière.





J'effectue le remontage dans l'autre sens et le tour est joué. Il ne me reste plus qu'à attendre ma nouvelle résistance.


à suivre...